Home       Work       Contact       Bio


Écho & Narcisse

translation coming soon

Art center MAC/VAL, collective exhibition Situations, 2012, Paris France

Wood, rope, rubber sheet, interactive sound system


    Sollicités à l’occasion de l’exposition collective Situations au MAC/VAL, la revue Monstre était invitée à organiser une série de conférences sur l’estrade réalisée par Rémy Bosquère afin de générer des rendez-vous réguliers : “Qu’avez-vous à déclarer”. La revue invite Arthur Gillet à réaliser une installation comme réponse à cette invitation. Interrogeant le genre et la sexualité à travers l’art contemporain et le débat d’idées, la littérature et la recherche universitaire, Ils perçoivent ensemble cette estrade comme un outil de production de discours d’autorité.

    Afin de subvertir ce rapport de pouvoir, une installation vient recouvrir l’estrade avec les matériaux propre aux cruising bars où la faible lumière et la volume de la musique fait échouer l’identité. Un dispositif vient capter le son d’une pièce où les visiteurs peuvent observer les entretiens de différents artistes, penseurs, écrivains. Le son est rediffusé dans l’installation recomposé par un algorithme qui le rend inintelligible bien qu’on en saisisse l’origine. Elle laisse place à un horizon sonore tandis que l’estrade fait face à un mur de bâche en caoutchouc. Le revers visuel remplace l’autorité de l’estrade par l’intériorité. Les visiteurs qui pénètre la structure en peine d’indication font de cet objet, un banc, une plateforme, un accoudoir, etc.


Conception : Arthur Gillet & Stéphane Léger Réalisation : Arthur Gillet
Design sonore : Christophe Aslanian
Protocole de partition du discours

Consensus :Dans l’expression propre à chacun, les informations émises sont identiques ou similaires.
Chorégraphie : deux personnes marchent ensemble à la même vitesse et dans la même direction.

Opposition : Dans l’expression propre à chacun, deux parties ont le souci de confronter deux avis qui se construisent sur l’idée d’inconciabilité.
Chorégraphie : deux personnes tentent par leurs mouvements d’être la contrainte de l’autre.

Digression : Depuis une expression identique ou propre à chacun, un parti décide de modifier progressivement son information pour accuser une distance de plus en plus grande avec le flux initial.
Chorégraphie : deux personnes adoptent l’attitude consensuelle, et l’un change progressivement de rythme ou de direction.

Echo : Dans le souci de l’expression d’un autre, la préoccupation est de reprendre les éléments d’information (formels ou de sens) de l’autre sans le souci d’en conserver l’information.
Chorégraphie : Des bribes de mouvements sont régulièrement empruntés à l’autre.

Paraphrase : Dans le souci de l’expression de l’autre, l’information se veut la même tout en prenant soin de ne pas faire répétition.
Chorégraphie : l’un emprunte les mouvements de l’autre, en une constante analogie, sans jamais la copier rigoureusement.

Décalage : Dans le souci de l’expression de l’autre, l’information se construit dans une translation continue. Celle-ci peut être temporelle, spatiale, ou dans le sens.
Chorégraphie : A l’image d’un canon en chant, l’un copie le mouvement de l’autre en se distinguant soit dans l’espace (la direction notamment), le temps, ou la qualité (intensité, fluidité, etc.).

Miroir : Dans le souci de l’expression de l’autre, l’information se construit dans la volonté de projeter une qualité précise du discours de l’autre, dont son expression en serait son strict opposé dans un rapport symétrique, en dépit du souci du sens.
Chorégraphie : deux personnes tentent de construire une réciprocité gestuelle rigoureuse, dans un souci de symétrie, afin que l’altérité ne puisse supposer d’origine ou de suivant.

Répétition : Dans le souci de l’expression de l’autre, les deux parties se contentent de fournir une information identique, dans la forme et le sens.
Chorégraphie : Deux personnes marchent ensemble, dans le même rythme, la même direction, avec une gestuelle identique.

Inversion : Dans le souci de l’expression de l’autre, l’information se construit dans la volonté de projeter une qualité précise du discours de l’autre, dont son expression en serait une réponse visant à neutraliser la qualité de cette information.
Chorégraphie : Deux personnes tentent de produire un mouvement dont les intentions opposées en annuleraient la mobilité.

Subversion : Dans le souci de l’expression de l’autre, l’information est construite dans l’utilisation du discours de l’autre, pour en altérer discrètement la forme ou le sens.
Chorégraphie : Une personne essaye de modifier le parcours de l’autre, sans trahir son intention et en maintenant une idée d’autonomie.

Compétition : Dans le souci de l’expression de l’autre, l’idée d’une quantité (formelle ou de sens) dans l’information de l’autre construit une information dont la valeur liée à ce rapport irait en se voulant la plus haute.
Chorégraphie : deux personnes tentent d’augmenter chacune la visibilité de ses gestes au dépend de l’autre.
Arthur Gillet
54 rue de Turbigo 75003 Paris
+33 6 49 82 24 14
contact@arthurgillet.com