Home      Work      Exhibitions      Studio       Bio


Arthur Gillet est né en 1986 et a grandi en périphérie de Rennes. Il a étudié à l’école des beaux-arts de Rennes, ainsi qu’au Musée de la danse, où il a acquis une formation en danse contemporaine. Après un DNSEP avec les félicitations du jury (2011), il est invité par la revue Monstre pour faire une installation en périphérie de l’exposition Situations (MAC/VAL, 2012). Installé à Paris, il y travaille dans le monde de la nuit en tant que danseur et hôte. Le DJ Patrick Vidal l’invite à créer une performance lors de l’exposition Keith Haring (Musée d’Art Moderne, 2013). Il danse dans la rue avec la chorégraphe Cécilia Bengolea (2014). Il danse nu dans les ruines de Segeste, filmé par John Maybury, musique de Brian Eno (Segesta, Galerie FPAC, Palerme, 2015), puis filmé par Louis-Phillipe Scoufaras, au sommet du Mont Sodome (Trilogy of Terror, Galerie Xavier Laboulbène, Berlin 2015-2016). Il développe très vite une pratique de l’image sur les réseaux sociaux (2010) qui va pour lui se lier à la question du risque que prend le corps lorsqu’il se montre, sans y être invité, au sein de l’institution artistique (performances au musée d’Orsay, Masculin/Masculin, 2013, à la Galerie Daniel Malingue, Charles Filiger 2019).

Il se consacre au jardinage où l’apparente passivité décorative des plantes lui enseigne une autre puissance vitale (Mac Arthur Park, Galerie Coullaud, Paris 2017). C’est par le jardin de sa grand-mère (The Angel in the House, Transpalette/Beaubourg, Bourges, 2017) qu’il retrouve les enseignements de ses modèles d’enfance. Il commence par la céramique, gagnant le prix de Jeune Talent au salon international Maison & Objet à Paris en 2015 (Seven Erections). Puis il noue un compagnonnage avec Jane Austen, en se projetant en Fanny Price, l’héroïne de Mansfield Park, dont les aventures servent de motifs à une série de douze assiettes parlantes où elle est transformée en Hercule d’Omphale (The Twelve Labors of Mansfield Park, Galerie Portefoin, Paris, 2018). Ses conférences sur ce sujet à l’INHA (2019), aux beaux-arts de Paris et de Cambrai (2020) poursuivent sa réflexion. Utilisant la couture et la peinture sur soie, il décline ces formes d’expression en vêtements narratifs déployés en installations et en performances : d’abord autobiographiques, (La Lessive, Palais de Tokyo, Paris, 2018, et à la Station, Aubervilliers, 2019) ; puis faisant appel à la mythologie, d’après Dionysios et Prosymnos (Les Mythomanes, Galerie RDV, Nantes 2019) ; ou à d’autres artistes (Feelinger, en hommage à Charles Filliger, Galerie Daniel Malingue, 2019) ; enfin un manteau triomphal pour l’intronisation de Fabrice Hyber à l’Académie des beaux-arts en 2021. Il présente ces vêtements performatifs à Marseille au Salon du Salon lors d’Artorama en 2020, curaté par Cédric Aurelle. Une installation en peinture sur soie République vient clore l’exposition sur un balcon donnant sur l’avenue Haussmanienne du Prado, en écho aux messages politiques peints sur draps et étendus sur les balcons après la mort de Zineb Redouane. Pour l’exposition Sâr Dubnotal au CAC Brétigny (2020) il retranscrit dans une chasuble en peinture sur soie son pèlerinage au Mont Sodome.

Depuis 2020, le projet Transition, mené avec son compagnon Frédéric, transporte les problématiques esquissées à l’intérieur d’une expérience domestique, au sein de l’imaginaire décoratif d’une maison de Chagny (Bourgogne).


♦♦♦


Transition, série de peintures sur toile pour l’Hôtel Lantin, Chagny, 2021.

Le Pendu, un manteau pour Fabrice Hyber, Pantin, 2021.

Je vais me faire appeler Arthur, exposition solo au Salon du Salon, installations, peintures sur textiles et céramique, Marseille, 2020.

La Chasuble du Mont Sodome, Installation et peinture sur soie, exposition collective Sâr Dubnotal au CAC de Brétigny, 2020.

La Lecture, performance à l’INHA, Paris, 2020, puis aux beaux-arts de Cambrai, 2020.

Pollen Vendredi, exposition avec Alexandre Meyrat-LeCoz, Galerie RDV, Nantes, 2019.

Feelinger, happening peint à la galerie Malingue lors de l’exposition Filiger, Paris, 2019.

La Lessive, performance peinte au Palais de Tokyo et à la Station (en partenariat avec l’IFM et l’ENSAB), commentée en direct par Pascal Rousseau, Paris, 2018, 2020.

La robe des mers, Costume peint pour le film Les Crevettes Pailletées, 2018.

Et in Arcadia ego, performance/vidéo avec John Maybury et Brian Eno, exposition à la galerie Francesco Pantaleone, Palerme, 2014 à 2019.

The Twelve labours of Mansfield Park, céramiques, exposition solo à la galerie Portefoin, Paris, 2018.

The Angel in the house, installation, jardinage, céramiques et performance, exposition collective Traversée Renarde au centre d’art Le Transpalette, Bourges, 2017.

Mac Arthur Park, jardinage et performance, exposition collective à la galerie Mathias Coullaud, Pa- ris, 2017.

La Transsubstantiation, film et installation, exposition collective au Village, Berlin, 2017.

« Je t’aime bien mais je n’aime pas ton image », installation et performance, exposition collective à la galerie Pierre-Alain Challier, Paris, 2017.

Performeur pour le film Cos Social (Lliçó d’anatomica) de Joan Morey, Barcelone, Loop, 2017.

Performeur/Chorégraphe pour les films Trilogy of terror de Louis-Phillipe Scoufaras, Sodome (Mer morte), Budapest, Regensburg, Château de Solitude (Stuttgart), 2014 à 2016.

Les sept érections, céramiques, prix de jeune talent au salon Maison & Objet, Paris, 2015.

Performances pour le Life Ball, Vienne, 2015.

L’Anticipation, Happening au Musée d’Orsay durant l’exposition Masculin/masculin, Paris, 2013.

Ballroom, performance au Musée d’Art Moderne pour l’exposition Keith Haring, en collaboration avec Patrick Vidal et Bernhard Willhelm, Paris, 2013.

Écho, performance symbiote de Mariages dans un jardin d’été de Tsuneko Taneuchi, MACVAL, Vitry sur Seine, 2012.

Narcisse, Installation, exposition collective Situations au MACVAL, Vitry sur Seine, 2012.

♦♦♦


2011 : Diplôme national supérieur d’expression plastique de l’école des Beaux-arts de Rennes avec les félicitations du Jury (option design et scénographie).

2008 : Diplôme national d’arts plastiques de l’école des Beaux-arts de Rennes avec les félicitations du Jury (option design et scénographie).


Photography by Elisabeth Lebovici



Arthur Gillet

54 rue de Turbigo 75003 Paris

+33 6 49 82 24 14

contact@arthurgillet.com

le site d'Arthur Gillet, the website of Arthur Gillet


Arthur Gillet
54 rue de Turbigo 75003 Paris
+33 6 49 82 24 14
contact@arthurgillet.com